CHAMPIONNATS DÉPARTEMENTAUX EN SALLE:DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS Actualité RSA ROUTE DES 4 CHATEAUX : LES FEMMES 2EME ET LES HOMMES 3EME PAR EQUIPE

Ce dimanche 25 novembre, Pascale Charbonnier et Philippe Lamirault avaient pris la direction de La Rochelle afin de participer au fameux marathon de La Rochelle. Philippe prenait le départ du marathon individuellement tandis que Pascale effectuait la course en duo. Le temps n'était pas des plus cléments puisque le vent et le froid s'étaient invités et ont rendu l'épreuve plus difficile.

 

Philippe, désireux d'améliorer son record sur la distance effectua la première moitié de la course avec de bonnes sensations passant au semi marathon en 1h40' malgré le vent. Le ravitaillement du 30ème kilomètre lui fit marquer un coup d'arrêt : le verre d'eau trop froide qu'il ingurgita eu des effets malheureux sur son estomac. Dans l'impossibilité de se réchauffer dans un faux plat face au vent et avec un mal de ventre lancinant, il fut obligé de s'arrêter et  de marcher. Il finit en footing bouclant la distance en 3h35'59". Les huîtres remises à chaque arrivant ne furent pas consommer immédiatement, Philippe les gardant pour le lendemain afin de ne pas surcharger son estomac encore faible. Philippe prend la 279ème place en master 2 et la 1657ème place au classement général.  

 
Jean Razafiarivelo était aussi au départ du marathon de La Rochelle avec pour objectif de battre son record réalisé le 1er avril 2017 à Cheverny. Les difficultés météorologiques ne lui ont pas permis de réaliser son projet mais il parcourt toutefois les 42,195 m en 3h52'44". Ce n'est que partie remise pour son prochain marathon. Jean prend la 501ème place en master 2 et la 2755ème place au classement général.

 

Pascale effectuait quant à elle le 2ème relais du marathon duo. Après 2 heures d'attente dans le froid avant le départ elle part frigorifiée...
avec l'impossibilité de se réchauffer durant toute la course.
Malgré le vent, elle tient son allure semi encore au 13ème kilomètre.  Les difficultés se font ressentir ensuite: Les cuisses durcissent et le rythme devient difficile à maintenir, le vent de face ne facilitant pas la tache.
Finalement,  Pascale boucle son semi-marathon  en 2h24'11" un peu déçue de ne pas avoir tenu l'allure même si les conditions n'étaient pas optimales. Elle améliore toutefois son temps réalisé cette année lors du semi-marathon de Rambouillet qui était de 2h28'35". 

 

Thierry

 

Retour